Tao Te King

Le Classique de la Voie et de la Vertu
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 35

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lu Yi

avatar

Nombre de messages : 812
Age : 54
Localisation : Avignon France
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Chapitre 35   Sam 8 Sep - 15:21

Attachez-vous à la Grande Idée, et le monde avancera.
Il avancera sans peine, dans la paix, la sérénité, l'abondance.

La musique et la bonne chère attirent le voyageur de passage, et il s'arrête.
Mais ce qui vient du Tao ne flatte pas le palais, car il est sans saveur.
On le regarde, mais cela ne suffit pas pour le voir;
On l'écoute, mais cela ne suffit pas pour l'entendre.

Si l'on a recours à lui, on ne peut l'épuiser.

_________________
Seule la vie mystique permet d'obtenir le Tao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Le mystère de l'efficacité indiscernable.   Dim 23 Nov - 13:25

Salut les amis,
Bonjour Lu Yi,

Je vous soumet ce conte de l'antiquité (Taoïste) Chinoise réecrit de mémoire. Je l'ai entendu dans une émission radio de Jacques Pradel à la fin des années 70. C'était le début de mon éveil spirituel, qui commença avec la rencontre de mon Oncle, que je considère comme mon père spirituel. Enfin, le monde me parlait de mystères qui resemblait à ce que je ressentais au plus profond de moi-même.

L'empereur insatisfait:

« Il était une fois, dans l’ancien empire du milieu, un jeune et ambitieux empereur, celui-ci ne disposait pas encore d’un Palais à la hauteur du rayonnement qu’il désirait. Aussi, commençât-il de grands travaux pour se construire le plus beau palais qu’on ait jamais vu en orient. Il fit venir les meilleurs architectes, les meilleurs maçons et les meilleurs artisans de toutes les provinces connues. Au milieu des terres et des eaux, s’érigèrent de somptueux bâtiments. L’ouvrage était presque terminé, et il ne restait à décorer que la salle des réceptions. Les artisans ayant œuvré dans le reste du Palais avaient accompli un travail remarquable, mais le souverain voulait que ses invités repartent avec un souvenir impérissable aussi, il décida de faire venir les deux meilleurs peintres de la Chine et de faire un concours. Non seulement la meilleure œuvre serait retenue, mais l’artiste lauréat se verrait offrir le titre de gouverneur d’une province de l’Empire. On fit donc chercher le maître de la peinture classique Chinoise, celui-ci fut flatté par les honneurs que représentait la considération du Souverain et fut prêt à concourir dès le lendemain. Pour affronter la sommité nationale, tous les gens du peuple pensèrent à un jeune peintre qui vivait dans la montagne sacrée et dont les peintures dans certains monastères étaient d’une beauté surnaturelle. On envoya des émissaires, mais ceux-ci eurent beau insister sur le magnifique cadeau offert au vainqueur, le peintre refusa. Un jour que l’on se désespérait de trouver un maître en pinceaux à la hauteur de l’enjeu, le jeune et beau peintre malin se présenta et dit : « Montrez-moi la pièce à peindre». On avertit l’Empereur et le Maître classique, et le concours commença. Chaque peintre devait peindre l’un des deux murs principaux de la grande salle, et pour ne pas que les artistes se copient, on tendit un grand rideau au milieu de la pièce. Le concours dura plus d’un mois, période au bout de laquelle le Maître classique déclara avoir achevé son œuvre. On demanda au jeune peintre quand il aurait terminé, mais il déclara que son œuvre était également accomplie. Ainsi, le grand jour de l’inauguration arriva. L’Empereur, escorté de tous ses courtisans arriva à l’entrée de la salle. A tout seigneur, tout honneur, l’Empereur commença par admirer l’œuvre dite classique, mais à peine fut-il rentré dans la pièce, il fut submergé par l’incomparable beauté du paysage qui avait été peint. Le décor était tellement finement exécuté qu’on avait peine à concevoir d’être face à un mur. En face du souverain se trouvait la nature réinventée couverte de plantes luxuriantes et peuplée d’animaux sauvages le tout avec une profondeur de perspective inégalée. L’Empereur ne se lassait plus d’admirer cette composition, aussi, il n’hésita pas à déclarer : « Cher Maître, votre œuvre dépasse toute mes espérances, je n’ai pas le souvenir d’avoir un jour contemplé quelque chose de plus beau. Aussi avant même de voir l’œuvre de votre confrère, je vous fais gouverneur de la province du Chongqing. Comblé par tant d’honneur et de considération, le grand Maître aida l’Empereur à tirer le rideau pour qu’ils admirent la peinture de son concurrent. Mais une fois le rideau levé, l’Empereur et ses convives pénétrèrent dans un monde encore plus extraordinaire. A même le mur, un miroir reflétait parfaitement le chef d’œuvre du premier peintre, de sorte qu’on n'observait plus la nature extraordinairement bien rendue par le Maître, mais on « était » en pleine nature. L’artiste avait passé plus d’un moi à polir le mur. L’effet faisait tellement sensation que l’empereur en eu des larmes d’émotion. Aussi, il dit au jeune peintre : « j’ai offert la province du Chongqing à votre adversaire pensant qu’on ne pouvait faire mieux, mais je dois reconnaître que vous avez réussi l’impossible. Aussi, je vous propose d’accepter la gouvernance d’une autre province de votre choix au sein de l’Empire. La quelle choisissez-vous ? Le jeune et beau peintre lui fit alors cette réponse : « Monseigneur, toutes les provinces de votre Empire réunies ne valent pas mon Royaume. » Et la légende raconte que le peintre disparut dans son tableau, et que l’on ne le revit plus jamais dans l’Empire, la légende raconte aussi qu’il est toujours aussi jeune aujourd’hui."

Quelqu'un peut-t-il me dire l'origine de cette histoire ? S'agit-il réellement d'un compte taoïste ? Les propriété d'effacement du mur poli font bien sûr penser au Tao.
Lu Yi, qu'en penses-tu?



elephant Pourquoi le monde avance-t-il si l'on rejoint la grande idée ?
L'idée dont il s'agit est bien sûr celle du Tao. Or qui mieux que l'Univers lui-même peut savoir ce qui est bon pour lui ? Si l'on va dans le sens de l'Univers, il y a fort à parrier que tout s'harmonisera. L'harmonie n'est elle pas la meilleure des directions que l'on puisse souhaiter pour avancer ?
elephant Mais le Tao est difficile à percevoir pour l'homme. Pourquoi est il naturel pour une rose, et pas pour l'homme ? Je crois que cela vient du fait que l'homme est déséquilibré, presque fou... Son cortex est démesuré par rapport au reste de son cerveau, aussi, place-t-il son intelligence au dessus de tout, sans voir que celle de la nature lui est bien supérieure.
elephant Du coup il est attentif au clinquant, au bruillant, il reconnait même l'harmonie musicale, mais s'arrête aux apparences, il ne va pas en profondeur à la rencontre de l'imperceptible, ce qui est l'essence de l'harmonie, le Tao. Seul le Saint Homme parvient à puiser à cette source intarrissable.

A la prochaine, flower

Olivier


Dernière édition par Olivier le Dim 23 Nov - 13:27, édité 1 fois (Raison : Il faut faire vivre l'Univers en soi, plutôt que de vivre dans l'Univers.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
AdepteTao

avatar

Nombre de messages : 166
Age : 37
Localisation : Saint Laurent de la Salanque 66250 Pyrénées-Orientales
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chapitre 35   Sam 20 Avr - 17:35

Facebook Tao Te King version française
28 mars
TRENTE CINQUIEME VERSET DU TAO TE KING :

Dans le Grand Tao, fusionnent tous les Êtres Parfaits.

Suivez cette voie! En agissant de la sorte, vous ne vous ferez aucun mal;

au contraire, vous atteindrez le calme, lʹharmonie, et la plénitude de la vie.

Je, dans lʹétat de non‐agir, voyage dans lʹInfinité de Tao.

On ne peut communiquer cela avec des mots!

Tao est le Plus Subtil et Magnifique!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/ghandi.gnoodiplo?fref=ts
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 35   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 35
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tao Te King :: Tao Te King-
Sauter vers: