Tao Te King

Le Classique de la Voie et de la Vertu
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 De retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Jeu 1 Déc - 8:28

Salut Olivier,

Merci du conseil. J'y avais déjà réfléchi, pour en arriver à la conclusion absurde que même si je veux lâcher prise, je n'ai plus le choix, surtout maintenant que je suis dans l'engrenage. Je suis d'accord avec toi sur un point : il y a des situations où les chimiques sont indispensables.

Néanmoins, je tiens à souligner le fait qu'avec les "traitements de la douleur", l'homme devient l'esclave, ne parvient plus à réfléchir lucidement, et, justement, entre dans un cercle... doublement vicieux. Sans parler des effets secondaires, la psyché en prend pour son grade : "je suis dépendant, c'est trop difficile, c'est trop douloureux". Il y a un siècle ou deux, ce comportement opiomane aurait pu être toléré, à l'instar des grands auteurs, dont ce titan majestueux qu'était Voltaire.

De nos jours, les normes fixées par la Santé et l'État (ainsi que notre conditionnement socioculturel) nous dit : "non, ce n'est pas correct".

J'avoue avoir, pendant longtemps, été sous influence, ce qui m'a permis de passer à travers des moments difficiles, de créer, aussi, artistiquement, la "drogue", même licite, est un puissant moteur créatif. Toutefois, quelque chose en moi, au bout d'un certain temps, s'est toujours mis à hurler : stop. À l'arrêt du produit, c'est l'enfer. La géhenne. Sans compter les symptômes de sevrage, nos problèmes "mis de côté" nous retombent dessus, et de surcroît, avec force lucidité.

J'apprécie l'apaisement procuré par les expédients, mais ça ne me manque pas, et je suis bien obligé de constater que je vais beaucoup mieux "sans", j'arrive à fonctionner de manière optimale, à l'arrêt des symptômes.

D'un point de vue philosophique, comme je le disais ailleurs, les blessures sont nécessaires à une remise en question. Je me demande bien ce qu'aurait fait Lao-Tseu en pareilles circonstances. La douleur chronique est violente mais gérable, on s'y habitue... comme aux médicaments.

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Jeu 1 Déc - 12:25

Pour savoir ce que Lao Tseu ferait, ce n'est pas compliqué : il mettrait en oeuvre le non désir et le non agir. Pour la forme que cela peut prendre chez toi, il n'y a que toi qui peut le savoir. Cela passe par tout ce qui peut te rendre plus zen et moins égoïste, à toi de juger au cas par cas et avec sincérité. Le Tao est en nous, et donc l'Esprit de Lao Tseu également (tout comme l'Esprit de Jésus ou Bouddha). C'est à nous d'aller le chercher et de le mettre en pratique.

En toute sincérité et en toute amitié,

Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
doris

avatar

Nombre de messages : 454
Localisation : CANADA
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: De retour   Jeu 1 Déc - 17:20

Je vois David que tu es très à l'écoute de ton corps, des messages que celui-ci t'envoient alors ce qu'il serait agréable pour toi en ce moment est de faire le lien entre le malaise et le message.

Il y a un livre qui m'a grandement aidé qu'il me fait plaisir de partager: "Dictionnaire de médecine Taoïste" de Marguerite de Surâny, des Éditions: Diffusion Internationale. Peut-être le trouveras-tu à la Bibliothèque car rien trouvé sur internet.

Par contre, voici un lien déjà sur ce forum qui peut également t'aider à ce moment ci de ton cheminement: http://lartetlavoie.free.fr/p1028001.htm

Pour la force et le courage, tu en as beaucoup alors tout ce qui me reste à te souhaiter, c'est la santé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 5:32

Salut tout le monde,

Olivier, Doris, merci beaucoup pour cet échange. Ça fait toujours plaisir d'être soutenu dans ses démarches. Merci pour le lien, au fait.

Quelques nouvelles : toujours pas de sommeil, mais l'appétit est revenu. 28è jour.

Pensée du jour : plus que quelques jours à tenir.

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 16:27

Honnêtement David, c'est très difficile de donner des conseils à distance.

Je pourrais te dire que tu travail trop du ciboulot.
Je pourrais te dire de lâcher prise, de prendre la vie comme elle vient.
Je pourrais te dire de faire avec les médecins et pas contre les médecins.

Mais tout cela ne serait d'aucune utilité tant que le mécanisme de la pensée domine en toi.

Amitiés, Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 16:28

Comment ça, je travaille trop du ciboulot ?


Dernière édition par David le Ven 2 Déc - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 16:33

Tu vois bien, c'est impossible à distance... Donc tu écris tes longs articles en faisant le vide, sans faire travailler le mental ?

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 16:34

Il fonctionne à peine. Sans rire. Aucune surchauffe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 16:37

C'est bon signe.
Je ne peux plus rien pour toi.

Amitiés, Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 16:41

Évidemment qu'il fonctionne ! Il ne me reste que ça, comment crois-tu que l'on peut survivre sans penser ? Si je n'écrivais pas, n'étudiais pas, que crois-tu que je pourrais faire à la place ? Je ne sais faire que ça. Concernant le vide, j'ai beaucoup de mal à rationaliser. Néanmoins, j'y travaille...

Bien à toi,

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 17:30

Pourquoi avons-nous besoin du mental ? Cela ne sert qu'a conjecturer. Le mental ne sert à rien ! C'est un prof de Physique qui te le dis Wink . Vivre sans penser ne veut pas dire vivre sans idées. Au contraire, on découvre un "mode de pensée" qui va d'idée instinctive en idée instinctive. La pensée fonctionne uniquement à la racine. Fini le dédale du mental!

Ne rationalise pas le vide, il suffit de le mettre en pratique. Le rôle d'équilibre du vide est facile à comprendre c'est tout.

Ne penser à rien, tu devrais essayer...

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 17:37

Quand j'essaie, je ne pense à rien. C'est normal professeur ? ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 17:41

Plus sérieusement (et blague à part), j'ai de plus en plus de mal à comprendre ce que tu dis... sans mental, comment pourrais-je comprendre quoi que ce soit à tes conseils ? Et les idées instinctives, comment les décris-tu ? Au sujet du rôle fondamental de l'équilibre du vide, je comprends "instinctivement" ce que tu veux dire. Mais le vide en lui-même, non.

N'y a-t-il pas contradiction ?

Bien à toi,

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 17:51

Il te suffit d'attendre qu'une idée émerge. Mais ce n'est pas l'objectif. Si rien ne vient, rien ne vient ! Tu rentres alors dans un état méditatif de grande vertu thérapeutique.

Si tu as besoin de résoudre un problème de physique (ou toute autre chose), tu te mets devant et tu le résous, c'est tout. Pas besoin de se tordre les méninges...
C'est simple mais ça demande beaucoup de travail pour y parvenir car l'Ego vit par le mental, et il te fait croire des choses comme celles que tu viens de dire (on ne peut survivre sans penser...).

Evidemment, Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 17:55

J'ai horreur de ça... mais il me faut préciser que je suis HP. Mon cerveau ne fonctionne donc pas comme celui des autres, tu devrais le savoir mieux qui quiconque, toi qui es prof. Tu en as sûrement déjà rencontrés.

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 18:06

Horreur de quoi ?

Vivre sans mental veut dire vivre sans réfléchir, sans résonner, sans pensée qui tourne.

Einstein a dit que nous avions un mental intuitif et un mental rationnel. Le mental intuitif est un don, le mental rationnel un serviteur fidèle. Nous vivons dans une société qui a oublié le don et honore le serviteur.

Ce que je te propose c'est de faire l'inverse, oublier le rationnel et vivre avec l'intuitif.

Ce que je te propose, c'est la voie de la guérison totale par la Vertu du Tao, par la parole du Bouddha. Mais bien sûr tu peux préférer la parole des médecins (qui ne sont pas incompatibles d'ailleurs).

Cette guérison passe par le lâcher prise, nécessaire pour faire le vide.

Bien à toi,

Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 18:08

Horreur de dire... que je suis surdoué. HP, surefficient mental, profil atypique... Mon cerveau ne fonctionne donc pas comme celui des autres.

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 18:22

Mon pauvre David, tu es bien à plaindre. Mais crois-tu que Bouddha n'était pas surdoué ? Ton cerveau est constitué d'un cortex d'un cerveau limbique et d'un cerveau reptilien (comme tout le monde). Nos difficultés (à nous tous et tu t'en rends bien compte toi qui est surdoué) viennent du cortex (le mental rationnel) car nous sommes tous déséquilibrés à ce niveau, et toi encore plus! Toi qui est surdoué, essaye de comprendre qu'il y a une voie possible.

Un jour, j'ai rencontré quelqu'un qui avait la sensibilité inverse "toute intuitive". Il était malheureux également (il savait ce que pensait sa fiancé au lit!). Ce qui compte c'est l'équilibre.

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 19:06

Je le conçois parfaitement, Olivier. Les HP sont aussi des intuitifs, très intuitifs. Le mieux, pour expliquer cela, est que je te fasse lire un passage de mon article sur la surefficience mentale. Tu vas comprendre.

Surefficience mentale : les "surdoués"



1. Différence et intégration


Lorsque je me suis installé, à l'âge de 17 ans, dans notre maison dans un petit village Taminois, j'imaginais que tout le monde était comme moi, parlait comme moi, réfléchissait comme moi, s'intéressait aux mêmes problèmes (souvent métaphysiques) que moi...

Je ne sais pour quelles raisons, l'éducation élitiste que j'avais reçue m'avait conforté dans cette idée. Je vivais dans une sphère intellectuelle, avec des intérêts pour l'électronique, la mécanique, la philosophie astrophysique, les calculs matriciels avec une composante de temps infinie, etc.

Et j'ai dû me rendre à l'évidence : tous les hommes sont différents, il y a des éléments socio-culturels spécifiques à chaque région, et s'intégrer dans un petit village, surtout quand on est né en ville, est un fameux défi.

Défi dans lequel je patauge toujours aujourd'hui.

Il me manque certains éléments essentiels : je ne connais pas le wallon, je ne m'intéresse pas au football, ni à la colombophilie, ni à la belote, ni aux autres activités ludiques régionales.

Et de surcroît, j'ai des convictions très personnelles, par respect de la nature sauvage, ce qui est totalement inadmissible pour les autochtones et mon entourage.

Par ma personnalité et mes origines, je m'installe dans la non-intégration : non seulement j'ai des préoccupations différentes, mais je suis incapable de partager les langages essentiels du milieu socio-culturel en question. Je vis différemment.

Mais j'ai surtout compris qu'il est inutile de perdre de l'énergie dans cette recherche volontariste d'intégration lorsque j'ai pris conscience des difficultés dont je suis porteur à cause de mon profil atypique.

Citation :
Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils devraient être, vous les aiderez à devenir ce qu'ils peuvent être.
Goethe

2. Le "surefficient mental" ou "profil atypique"

Le profil atypique

On décrit généralement les individus dotés de "surefficience mentale", ou "à haut potentiel", ou "hp", ou "surdoués", ou "zèbres" ou "dotés de douance", ou, pire, de "profil atypique", comme possédant des capacités naturelles ou des fonctionnements nettement différents de la moyenne de la population dans plusieurs domaines d'habileté : intellectuel, créatif, artistique, sportif, etc.

J'apprécie l'expression de "surefficience mentale", car elle illustre bien l'existence d'un potentiel, souvent bien encombrant, qui ne va pas nécessairement se transformer en efficacité relationnelle ni en bien-être existentiel !

J'aime aussi la dénomination de "profil atypique", car elle exprime bien la différence, l'inattendu, l'anormalité qui génère de nombreux rejets, sans sous-entendre les notions de "sur-" ou de "plus-" présentes dans les termes "haut potentiel", "surdoué", etc..

Dans cet article, j'utiliserai donc principalement l'une ou l'autre de ces deux expressions.

Attention : la "surefficience mentale" est souvent confondue avec "beaux résultats scolaires", ou avec "raisonnement intellectuel élevé", et cela génère des incompréhensions supplémentaires, dans un domaine où les équivoques sont déjà très nombreuses.

Un grand nombre de "surefficients mentaux" ont des résultats scolaires désastreux et, surtout, une insertion catastrophique dans la société (ce qui est mon cas).

Différence entre "doué" et "compétent"

Le "don" est une capacité innée, tandis que la "compétence" est la capacité acquise à force de répétition et de travail.

La différence entre ces deux réalités est grande.

Personnellement, je suis reconnu comme "doué" ou, plus souvent, "surdoué" dans beaucoup de domaines extrêmement divers, mais je ne suis pas toujours très "compétent", aussi ai-je une admiration souvent profonde envers les gens courageux et motivés, qui développent leurs talents.

Par exemple : j'écris, je l'ai appris jusqu'à un certain niveau d'académie, mais sans m'astreindre à l'étudier assidûment, ce qui m'aurait donné accès à des diplômes supérieurs, si bien que, lorsque j'écris, c'est soit très beau, ... soit complètement catastrophique, suivant les émotions du moment.

Car là où le don exprime ses limites, ... commence l'apprentissage... et quand on n'a pas beaucoup étudié, on peut se planter à la première incohérence incontrôlée...

C'est pour cela qu'une personne "douée" n'a pas toujours de quoi être fière, quand on la compare à quelqu'un de profondément courageux qui a acquis sa compétence par l'exercice, le travail, l'application, la concentration.

Ceci explique que j'ai de grands amis parmi les deux catégories de personnes, et que je n'ai qu'une fierté toute relative à avoir plus ou moins mal exploité les dons que j'ai reçus.

En résumé :

Il ne faut pas confondre les motivations, les dons, et la compétence : un professeur d'université appartient le plus souvent à l'une ou l'autre de ces trois catégories :
- soit un fonctionnaire arriviste pistonné
- soit un intellectuel courageux non-surdoué
- soit un réel surdoué qui a eu la chance d'être reconnu et qui a acquis une grande compétence par son travail.

Sensibilité accrue des cinq sens

Il y a une série de facteurs qui interviennent pour créer un personnage atypique, dont un facteur génétique évident, mais qui est influencé par l'environnement socio-culturel dans lequel il surgit.

Parmi les caractéristiques génétiques de base, on notera une sensibilité accrue des cinq sens, ou tout au moins de plusieurs d'entre eux, générant des perceptions beaucoup plus fortes que la normale.

Je me souviens des tests auditifs lors des visites médicales de l'école primaire. L'infirmière demandait si j'entendais tel son, puis tel son, ... et j'entendais des fréquences extrêmement élevées (idem dans les basses), qui la rendaient incrédule. Alors elle coupait le son, et me demandait si j'entendais encore, pour essayer de me duper.

Malheureusement, la science n'accepte que les données qu'elle connaît, si bien que mon cas était rejeté comme valeur incorrecte et irréaliste, j'étais hors normes, donc inconnu, inexistant.

En fait, l'appareillage et la logique de ces tests étaient destinés à repérer les enfants sourds, mais pas les super-entendants.

Ainsi, personne n'a jamais détecté mon hyperesthésie, dont je n'étais d'ailleurs pas conscient non plus, et qui représente le plus grand de mes handicaps.

Cela a été un véritable enfer dans ma vie. J'entends trop de choses, trop fort, les sons me traversent, c'est insupportable, il y a trop de couleurs, trop de signaux électriques, trop de sensations, trop d'odeurs, tous ces stimuli me transpercent.

Si le monde avait été construit par des hommes ayant la même ouïe que la mienne, tout aurait été conçu avec un seuil de 20 décibels plus bas.

Ceci illustre bien la problématique d'une sensibilité hors normes, et ne concerne jusqu'ici que mon ouïe. J'ai le même type de problèmes avec d'autres sens, sans parler de la sensibilité psychologique, etc.

Je vois là une des causes d'un comportement différent face à l'existence : le monde m'agresse, je ne me sens pas heureux dans un environnement mal conçu pour que j'y vive à l'aise. Cela me fait réagir, me met en situation de survie, donc en état de stress, suractive la vitesse d'analyse de certaines situations, etc.

Comme, selon les estimations, seulement 5 à 6% de la population a ce profil atypique, je sais et j'accepte désormais qu'il ne sera jamais possible de changer quoi que ce soit !

Si je réglais le volume du son d'une salle de cinéma suivant mes normes, 95% des gens n'entendraient pas le film !

Le mieux est donc de ne (plus) rien vouloir changer, pour ne pas faire de tort au plus grand nombre.

Une sorte de sage résignation.

À moi de trouver ma place dans les lieux et milieux qui me conviennent. La terre est grande et les possibilités sont (tout de même) nombreuses.

Aptitudes innées et diverses

Outre son hypersensibilité et son hyperstimulabilité, le "profil atypique" est également gratifié d'une série d'aptitudes et de caractéristiques de fonctionnement.

Il s'agit de caractéristiques cérébrales subtiles à décrire, et tel n'est pas le but de cet article.

Ces aptitudes sont innées : je n'ai pas besoin de suivre des cours pour aborder bon nombre de problèmes considérés comme compliqués.

Par contre, j'aurais besoin de suivre des cours pour résoudre certains problèmes élémentaires (chimie, physique...), qui se compliquent artificiellement à cause du déroulement en arborescence de mon cerveau : une question entraînant une autre question entraînant des paradoxes, pseudo-paradoxes, ...

Ce qui peut être déconcertant pour mon entourage, c'est mon aptitude à sauter, parfois de façon exagérée, d'un problème à un autre, ou à l'opposé, d'être obsessionnel sur un thème totalement extérieur aux véritables urgences du moment.

Heureusement, petite consolation concernant ma stabilité, je constate qu'avec l'âge, il y a une constance dans la diversité de mes centres d'intérêts et une récurrence de ceux-ci dans le temps.

J'ai constaté également que ce sont exclusivement mes centres d'intérêts, et non les nécessités, qui guident mes occupations, même "professionnelles". C'est une caractéristique vraiment très spécifique à un grand nombre de personnes "atypiques".

Un autre élément déconcertant pour mon entourage, est la vitesse accrue dans la perception et l'analyse des situations : une vision globale dans le temps me donne un pressenti immédiat du déroulement probable. Cela pourrait être qualifié d'intuition, mais ce n'en est pas car c'est rationnel, je puis l'expliquer, le démontrer si nécessaire, alors que l'intuition véritable est par essence totalement inexplicable par celui qui la ressent.

Voire des décisions vitales pour un pays, pour l'humanité, prises parfois par des gens incompétents, sourds, aveugles et même alcooliques déclarés, éveille en moi une grande angoisse.

Certains éléments du quotidien de la vie sont aussi insupportables. Dois-je les nommer ? L'étroitesse de l'esprit scientifique, la perversion de l'esprit économique, la pauvreté de l'esprit politique... insupportable, tout cela !

En parler ?

Il existe une excellente littérature sur le sujet, entre autres les ouvrages de Jeanne Siaud-Facchin.

Malheureusement lorsque le sujet est abordé par certaines personnes non atypiques, elle risquent de le percevoir de manière totalement incorrecte, puisque la logique d'esprit qu'elles essaient d'approcher leur échappe totalement. C'est le cas de certaines équipes de recherche dans lesquelles sont nommés des fonctionnaires, et c'est la porte ouverte aux âneries, résultant de l'étude du problème vu sous un angle restreint correspondant à leur "largeur" d'esprit.

Caractéristiques probables des personnes dotées de "surefficience mentale" :

Hyperstimulabilité, hyperesthésie, hypersensibilité, susceptibilité
Fonctionnement cérébral non linéaire : en arborescence ou par associations/analogies
Curiosité, créativité, imagination débordante
Capacité de faire plusieurs choses en même temps, persévérance (si l'intérêt le justifie)
Intérêts très variés, passant facilement d'un domaine à l'autre
Recherche de la compagnie de personnes plus âgées
Grand sens de l'humour, mais très particulier, souvent incompris
Respect des règles bien comprises ("logiques"), mais tendance à questionner l'autorité non fondée
Perfectionnisme, doublé d'une extrême lucidité, qui entraînent parfois le doute, la peur de l'échec.

Avoir un profil atypique, quel handicap !

Depuis ma plus tendre enfance, je porte en moi un sentiment d'étrangeté, de différence, une conviction d'être incompris (qui est réelle), parce que mes centres d'intérêts et mon regard sur le monde ne trouvent pas beaucoup d'écho dans mon entourage.

Les conséquences de ce sentiment m'ont souvent amené à me replier, à me nier, pour être accepté, et de nombreuses souffrances se sont cristallisées en moi.

En novembre 2009 (j'avais 22 ans), cette pensée m'est venue à l'esprit :

Je persiste à croire que le pire de nos handicaps, c'est d'être "atypiques" : une personne "normale" a une capacité d'adaptation beaucoup plus basique qui lui permet de se réadapter dans les limites de son répertoire. Nous "atypiques", nous n'en sommes pas capables : subjugués par des désirs grandioses correspondant à la suractivité de nos perceptions et de nos sensations, nous ne pourrions pas envisager de faire un métier simple, répétitif, etc., simplement pour nous nourrir : ce serait à nos yeux mourir d'ennui et d'inutilité aux grandes causes de l'univers.

Quelques problèmes majeurs :
- comment m'intégrer aux groupes que je fréquente ?
- comment vivre de manière apaisée, malgré les perceptions trop fortes ?
- comment subsister de manière détendue, malgré ces pensées, ces images, ces musiques qui m'habitent sans arrêt ?
- comment arriver à ne faire qu'une seule chose à la fois, sans me disperser ?
- comment être moi, sans m'automutiler dans mes raisonnements et ma sensibilité ?
- comment vivre sur terre, sans pour autant rejeter le fonctionnement de la société ?

Processus inadapté dans les groupes :

Le procédé le plus spontané consistait à essayer de m'intégrer en me présentant volontairement sous une personnalité simplifiée, pour essayer de me mettre à la portée des autres et correspondre à ce qu'ils attendent de moi... cela s'est souvent terminé de manière catastrophique.

En réalité, il vaut mieux être simplement soi-même, naturel, mais à l'aise avec sa différence, alors les autres, miroirs de soi, l'acceptent aussi.

Le plus délicat à gérer, c'est l'état de danger de mort face aux "fonctionnaires", car ceux-ci peuvent être très dangereux lorsqu'ils ont le pouvoir. Mais on apprend assez tôt à leur dire ce qui correspond à leur attente, et le danger est écarté.

J'inclus dans ma définition de "fonctionnaire" toute personne qui fonctionne dans le 'bien appris' et 'suivre l'ordre reçu', aussi ridicule soit-il (fût-il médecin, militaire, bureaucrate, garagiste ou enseignant, sa profession et son grade n'ont aucune importance).

Quelques avantages d'être "surefficent mental" (source : groupe de soutien pour surdoués)

Être en extase même avec un tout petit quelque chose
Ne jamais s'ennuyer, comprendre vite
Expérimenter et beaucoup apprendre
Avoir une sensibilité aux personnes, une empathie naturelle
Faire les choses de manière personnelle
Avoir la possibilité de "jouer" avec la vie
Avoir des sensations fortes en musique et en art
Ne pas être impressionné
Avoir une capacité d'ouverture
Comprendre instinctivement les mécanismes psychologiques humains
Anticipation, vitesse d'analyse accélérée (voire "instantanée" dans mon cas)

Citation :
L'art du surdoué, c'est d'apparaître potentiellement non dangereux.
Marilyn Merlo

C'est un grand tort que d'avoir eu raison avant les autres."
Edgard Faure

3. Comment repérer les "surefficients mentaux" ?

Comment reconnaître une personne "atypique" ?

Lorsque j'ai commencé à comprendre plus profondément le problème, je me suis rendu compte que je n'étais pas le seul à être atypique. Ce fut une première grande étape.

Puis je me suis demandé : "Où sont les autres ? Comment les reconnaître ?"

Au début, ce fut difficile. Puis j'ai pensé à mes amis, et j'ai trouvé dans la plupart d'entre eux des exemples majeurs de profils atypiques, vraiment pas difficiles à déceler !

J'ai aussi fait certaines approches d'études généalogiques de lignées familiales, qui me confirment ce qu'en disent certains psychologues spécialisés : "lorsqu'une personne est "atypique", au moins un de ses deux (grands-)parents l'est aussi", il y a un facteur héréditaire ascendant (attention : pas nécessairement descendant) qui se vérifie. C'est extrêmement intéressant.

Je considère qu'une personne est très probablement "atypique" lorsqu'elle est sensible au minimum à quatre des cinq secteurs suivants :
- Littérature
- Science et technique
- Art
- Sport
- Spiritualité

Un procédé, très personnel, que j'utilise pour déterminer si une personne est "atypique", consiste donc à lui parler de différents sujets, en observant dans lesquels elle est à l'aise.

Le but n'est pas de juger son niveau de connaissance, mais simplement de rencontrer son potentiel d'intérêt dans ces différents domaines. Il suffit qu'elle témoigne d'une ouverture ou d'une écoute, même s'il ne s'y connaît pas, le signe est très facile à déceler.

Exemple concret :

Si je constate que mon interlocuteur parle plusieurs langues étrangères (= littérature), qu'il pratique le vélo (= sport), qu'il est passionné d'informatique (= science), qu'il joue du saxophone (= art), et qu'il revient d'un temps de réflexion en solitaire (= spiritualité), je suis certain d'avoir en face de moi un réel profil atypique, un "surdoué" complet.

Une autre caractéristique qui me permet de reconnaître les "atypiques", c'est leur propension à ouvrir plusieurs sujets dans la même conversation, d'avoir une arborescence de pensée dans laquelle un sujet en appelle un autre, complètement différent, et où on passe d'un sujet à l'autre sans nécessairement avoir refermé le premier, tout en ayant conscience de la liste complète des sujets ouverts depuis le début de la conversation.



Relationnellement, il est indispensable que je sache si la personne avec qui je dialogue est une personne "normale" ou "atypique", car il faut que j'adapte au mieux ma structure d'expression. Sinon, c'est le fiasco avec les "normaux", qui ne comprennent pas de quoi je parle, ont peur de moi, me prennent pour un extraterrestre, et me rejettent pour se protéger, surtout lorsqu'ils sont en groupe.

Il y a encore d'immenses progrès à faire pour affiner cette approche de la différence.

Dans ce domaine-là, je ne suis, malheureusement, pas doué du tout !

4. Les "atypiques" face aux tests de QI

Les tests de QI et le profil atypique

Je résumerai l'équivoque en cette question :

"Comment un "profil atypique" et donc raisonnant différemment, peut-il réussir brillamment un test de QI rédigé par une personne non atypique ?"

Les recherches psychologiques récentes commencent, enfin, à savoir départager les tests que les "atypiques" réussissent avec brio, de ceux qu'ils ratent magistralement.

Car un "atypique"
- peut trouver dans certains tests plusieurs réponses extrêmement valables, auxquelles ceux qui l'ont rédigé n'ont hélas pas pensé
- n'a pas la structure logique qui lui permet d'appréhender certains types de tests, destinés à un mode de fonctionnement totalement différent.

Par exemple : je suis très doué dans les séries de chiffres ou de lettres, mais je suis désastreux dans les tests de dominos qui sont visuels et contiennent deux données simultanées.

Les tests de QI pourraient donc lentement devenir autre chose qu'une mise en évidence d'une certaine logique mentale à résolution linéaire qui cote une personne suivant la seule solution imaginée... par le fonctionnaire qui l'a rédigé !

Mon test de QI préféré

Trouvez l'intrus parmi les animaux suivants :
chat - rat - chien - lapin - cheval

N'importe quelle solution est bonne. J'en ai recensé jusqu'ici une cinquantaine.

Exemples :
Le rat, parce qu'il mange de la frigolite
Le chat, parce qu'il ronronne
Le cheval, parce que l'homme le monte
Le chien, car il n'y a pas de lettre a dans son nom
etc. etc.

Moralité : le résultat est uniquement dépendant de l'attente de l'examinateur, une réponse-type étant prévue en fonction des données socio-culturelles de celui qui a imaginé les questions.

Problématique... tragique même... triste, en tous cas !

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 19:51

Ce qu'on peut dire c'est que tu es né avec un véritable talent !
A un moment, tu dis toi même:
" il vaut mieux être simplement soi-même, naturel, mais à l'aise avec sa différence, alors les autres, miroirs de soi, l'acceptent aussi."
Lao tseu dit la même chose "Il suffit d'accepter sa condition pour ne plus jamais s'en lasser".
Puisses-tu y croire et le mettre en pratique... Le naturel, c'est le Tao.

Sincèrement, Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 19:54

Alors quoi ?

Je dois vivre comme si j'étais continuellement bourré ? Rien à cirer des problèmes ? Laisser la vie nous prendre comme elle vient ? Ne jamais avoir peur, ne jamais être malheureux ?

Si c'est ta définition du Tao, alors j'y suis totalement hermétique.

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 20:06

L'éveil ce n'est pas être bourré (ne pas confondre spirituel et spiritueux, lol).
Rien à cirer des problèmes... OUI l'être éveillé n'a plus de problème (quel qu'il soit).
Prendre la vie comme elle vient (et non pas l'inverse!)
Ne jamais avoir peur, ne jamais être malheureux... oui.

J'ai dit le Tao c'est le naturel... Es-tu contre la Nature ?

Tu es totalement hermétique... peut-être. C'est toi qui le sait.

Bien à toi, Oliver

Rq: du haut de tes 24 ans, tu es très jeune. Seul des êtres exceptionnels ont atteint l'Eveil à ton âge.

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 20:11

L'éveillé n'a plus de problèmes... et les factures ? Les guerres ? Les génocides, les collisions de galaxies ?

Je ne suis absolument pas contre la Nature, Olivier. Au contraire.

Je sais que je suis un être exceptionnel, mais pas au sens narcissique péjoratif ; je suis exceptionnel dans le sens où, justement, je suis une "exception" de cette même Nature.

J'aimerais que tu lises mon feedback "La place du conducteur", dans ce même forum. J'ignore ce que j'ai vécu hier soir, mais c'était puissant, je ressens encore les effets aujourd'hui... Je n'ai rien consommé de spécial, si ce n'est de l'eau plate.

Y a-t-il du LSD dans l'eau plate ? Si oui, faut-il en boire de la gazeuse pour devenir prophète ?

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 20:27

David a écrit:
L'éveillé n'a plus de problèmes... et les factures ? Les guerres ? Les génocides, les collisions de galaxies ?

Je ne suis absolument pas contre la Nature, Olivier. Au contraire.

Je sais que je suis un être exceptionnel, mais pas au sens narcissique péjoratif ; je suis exceptionnel dans le sens où, justement, je suis une "exception" de cette même Nature.

J'aimerais que tu lises mon feedback "La place du conducteur", dans ce même forum. J'ignore ce que j'ai vécu hier soir, mais c'était puissant, je ressens encore les effets aujourd'hui... Je n'ai rien consommé de spécial, si ce n'est de l'eau plate.

Y a-t-il du LSD dans l'eau plate ? Si oui, faut-il en boire de la gazeuse pour devenir prophète ?

D.
L'être éveillé n'as plus de problèmes, car un problème, nous désirerions ne pas l'avoir eu. Or un être éveillé ne désire rien. Il accepte le problème et attend qu'il se résolve. L'acceptation résout le problème.
Les factures ne sont pas pour moi un problème. Les guerres et les génocides sont regrettables mais la méditation est ce que peut faire de mieux l'être éveillé. Les collisions de galaxies, les tremblements de Terre sont nécessaire à l'équilibre de l'Univers. l'Etre éveillé s'en accommode fort bien.

Que veux-tu me faire passer dans "la place du conducteur" ?
Qu'as-tu vécu hier soir ?

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: De retour   Ven 2 Déc - 20:36

Olivier... je crois que je viens de comprendre. Je viens de saisir. Le lâcher-prise... Non, je suis sûr, certain, à présent. Le Tao est un long fleuve tranquille... s'accommoder de la moindre vague, car on ne peut aller contre son sens. S'accommoder des problèmes. "S'il y a un remède, à quoi bon le mécontentement ? S'il n'y a pas de remède, à quoi bon le mécontentement ?". Prendre la vie comme elle vient... arrêter d'anticiper, d'intellectualiser. Laisser parler l'instinct, le cerveau reptilien neurovégétatif. Être vide.

Olivier, je crois que tu viens de m'ouvrir une sacrée porte... et comme dirait Benoît St Girons, "la porte de toute compréhension".

Comment ais-je fait pour ne pas comprendre plus tôt ? Aucune importance, puisqu'à présent, je comprends.

Tu avais raison : pas besoin du mental. L'instinct prend le dessus lorsqu'on lâche prise.

Désolé d'avoir mis autant de temps à comprendre.

Citation :
Que veux-tu me faire passer dans "la place du conducteur" ?
Qu'as-tu vécu hier soir ?

Je le sais, maintenant. Mais j'aimerais que tu me le dises.

Bien à toi,

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De retour   

Revenir en haut Aller en bas
 
De retour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tao Te King :: Forum libre 道德經-
Sauter vers: