Tao Te King

Le Classique de la Voie et de la Vertu
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Socrate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
doris

avatar

Nombre de messages : 454
Localisation : CANADA
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Socrate   Sam 11 Juin - 2:18

Voici un homme qui prétendait ne rien savoir, il était importun. Il doutait de tout en effet sauf de sa mission de semer le doute pour orienter les esprits vers des vérités supérieures. Comme il n’exigeait pas d’honoraires, il se permettait de donner ses leçons sans attendre qu’on les lui demande.

On le voyait, écrit un helléniste réputé, errer à travers les rues d'Athènes, du matin au soir, pauvrement vêtu, insensible au froid et au chaud, insoucieux de ses affaires personnelles, uniquement occupé de rendre ses concitoyens meilleurs. Il interrogeait les gens à sa manière. Examen très sérieux. L'homme ainsi appréhendé se sentait d'abord séduit par l'humeur enjouée de ses interlocuteurs, par la grâce de son esprit; mais les questions se succédaient; elles devenaient pressantes, indiscrètes; on disait ce qu'on n'aurait pas voulu dire, on se voyait mis en face de vérités gênantes; il fallait avouer qu'on avait tort ou se contredire impudemment. Socrate ne se laissait pas écarter facilement. Il ne se lassait jamais. Il tenait tête à tout le monde, et il avait toujours le dernier mot.» (PLATON, présentation de "L'Apologie de Socrate", Oeuvres complètes, tome 1, Société d'Édition «Les Belles Lettres», Paris, 1959)

Comment a-t-il pu se comporter ainsi? Il obéissait à la voix de sa conscience, comme le fera Thomas More, l’homme qui, dans l’histoire de l’Occident, lui ressemble le plus. L’un et l’autre ont préféré la mort à la trahison de leur conscience. Plusieurs l’aimaient. Dans certains milieux on l’appelait o eroticos, l’homme qui inspire l’amour. Quelques-uns, parmi les plus nobles, avaient une tendre dévotion pour lui. Ce fut le cas de Platon, le plus grand génie de tous les temps peut-être. Ce fut aussi le cas d’Alcibiade, le principal représentant de la jeunesse dorée d’Athènes. Il semble bien que ceux-là mêmes qui l’ont condamné, au tribunal populaire, auraient souhaité que leur sentence ne soit pas exécutée.

Ne soyons pas plus sévères pour ses juges qu’il ne l’a été lui-même. Imaginez les puissants d’aujourd’hui soumis, devant témoins, aux questions de Socrate!

Merci David, maintenant j'en connais un peu plus sur le personnage.
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: Socrate   Sam 11 Juin - 5:14

doris a écrit:
Voici un homme qui prétendait ne rien savoir, il était importun. Il doutait de tout en effet sauf de sa mission de semer le doute pour orienter les esprits vers des vérités supérieures. Comme il n’exigeait pas d’honoraires, il se permettait de donner ses leçons sans attendre qu’on les lui demande.

On le voyait, écrit un helléniste réputé, errer à travers les rues d'Athènes, du matin au soir, pauvrement vêtu, insensible au froid et au chaud, insoucieux de ses affaires personnelles, uniquement occupé de rendre ses concitoyens meilleurs. Il interrogeait les gens à sa manière. Examen très sérieux. L'homme ainsi appréhendé se sentait d'abord séduit par l'humeur enjouée de ses interlocuteurs, par la grâce de son esprit; mais les questions se succédaient; elles devenaient pressantes, indiscrètes; on disait ce qu'on n'aurait pas voulu dire, on se voyait mis en face de vérités gênantes; il fallait avouer qu'on avait tort ou se contredire impudemment. Socrate ne se laissait pas écarter facilement. Il ne se lassait jamais. Il tenait tête à tout le monde, et il avait toujours le dernier mot.» (PLATON, présentation de "L'Apologie de Socrate", Oeuvres complètes, tome 1, Société d'Édition «Les Belles Lettres», Paris, 1959)

Comment a-t-il pu se comporter ainsi? Il obéissait à la voix de sa conscience, comme le fera Thomas More, l’homme qui, dans l’histoire de l’Occident, lui ressemble le plus. L’un et l’autre ont préféré la mort à la trahison de leur conscience. Plusieurs l’aimaient. Dans certains milieux on l’appelait o eroticos, l’homme qui inspire l’amour. Quelques-uns, parmi les plus nobles, avaient une tendre dévotion pour lui. Ce fut le cas de Platon, le plus grand génie de tous les temps peut-être. Ce fut aussi le cas d’Alcibiade, le principal représentant de la jeunesse dorée d’Athènes. Il semble bien que ceux-là mêmes qui l’ont condamné, au tribunal populaire, auraient souhaité que leur sentence ne soit pas exécutée.

Ne soyons pas plus sévères pour ses juges qu’il ne l’a été lui-même. Imaginez les puissants d’aujourd’hui soumis, devant témoins, aux questions de Socrate!

Merci David, maintenant j'en connais un peu plus sur le personnage.
:lol:
Salut Doris. Agréable, ce petit post ; merci pour le clin d'œil.

Je suis allé farfouiller dans mes vieux posts envoyés, et je n'y retrouve pas le petit article sur la maïeutique socratique (non-moderne), c'est-à-dire "l'art" de faire accoucher des connaissances à tout homme alors qu'il croyait les ignorer (voir le théorème de Pythagore et l'esclave de Ménon). L'origine du nom, l'étymologie, si ma mémoire est bonne (et elle l'est), provient de la mythologie grecque, Maïa (une des Pléiades), où cette dernière est connue pour être une déesse de l'accouchement et des sage-femmes.

On peut retrouver la première allusion de Socrate par Platon (donc pas le Socrate historique) dans Le Banquet, concernant la maïeutique. Toutes les œuvres de Platon en audiobook mp3, si ça intéresse quelqu'un, c'est beaucoup plus facile à étudier en version grecque (plus texte) avec la traduction apposée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doris

avatar

Nombre de messages : 454
Localisation : CANADA
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Socrate   Sam 11 Juin - 13:17

Laughing Là, tu commence bien ma journée Socrate / David / Dav, morte de rire tellement je reconnais un bon pêcheur à la recherche d'un énorme poisson.

Déjà connu quelqu'un qui posait des tas de questions et qui avait la connaissance. Il m'avait dit un jour: "J'ai pris une belle prise et elle mort toujours à l'hameçon, mais ne comprend toujours rien à rien!". À ce moment le fil n'était plus, il a cassé. Peu de temps après, il a rendu l'âme.

Maintenant, de là où Il se trouve, Il sait qui je suis et ne me pose plus de question. Lorsque j'ai besoin de réponse, je les reçois et ne recherche aucunement la Perfection (Père / affection).

Ceci dit: Socrate, Pythagore, la Bible, L'Ancien Testament, le Coran ou tout autre écrit ne m'intéresse pas.

Juste une mise au point pour être bien clair, car les Paraboles ne m'intéressent pas non plus.

Et là, oui et encore oui, tu dois ressenti ma colère, car je n'apprécie jamais quelqu'un qui ne m'accepte pas tel que je suis avec mes défauts et mes qualités.

Et comme le dit si bien Olivier: "Tout change, rien ne change!"

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Socrate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Socrate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tao Te King :: Forum libre 道德經-
Sauter vers: