Tao Te King

Le Classique de la Voie et de la Vertu
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dominer ses instincts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Pour ou contre la domination des instincts ?
Pour !
0%
 0% [ 0 ]
Contre !
0%
 0% [ 0 ]
Troisième option...
100%
 100% [ 3 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 9:30

Olivier,

AVANT TOUT : merci d'être là. Je crois que ça en dit assez long sur mes sentiments à ton égard... une petite parole vaut mieux qu'un long discours, dans ce domaine.

Betov, note en bas de post à ton intention.

Olivier a écrit:
David a écrit:
Veux-tu dire par là que mon ego s'est joué de moi (évidence) et qu'il s'est sublimé pour grossir, se boursoufler avant de s'éteindre car il "ressent" (je me permets de personnifier le concept), donc, car il "ressent" que je veux me débarrasser de lui ?
Ou bien, non pas l'inverse, mais l'opposé : veux-tu dire par là que mon ego "réagissant comme un joueur de cartes abat ses dernières cartes", me paralyse et me place dans le déni ?
Ou encore, en reprenant cette parabole du joueur de cartes abattant ses dernières cartes, mon ego est mortifié car il ressent que je veux le détruire (ou du moins, l'occulter en neutralisant ses actions/réactions) car je suis presque arrivé au stade où je n'ai quasiment plus d'ego et qu'il me faudrait weiwuwei pour "l'exécuter" ?

Trois possibilités, mais une seule réponse possible, et c'est à toi de répondre.
Je parle de la troisième possibilité. Sauf que je te préconise comme Lao Tseu de garder ta faiblesse, et donc de ne pas exécuter l'ego (un grand merci à Doris qui m'a fait comprendre cela). Ne surtout pas viser à être l'absolu, l'incarner, c'est déjà pas mal. Ta nature est celle d'un homme dans l'univers, pas celle de l'univers dans l'homme, même si le Tao permet les deux.

Amicalement,

Oliver
Exécuter, c'est ma spécialité. J'ai été formé pour ça. Mais j'ai choisi, décidé d'arrêter de faire le tour du Monde pour remplir des contrats. Je suis devenu quelqu'un d'autre tout en restant moi-même. Mon passé est mon passé, hier est mort. J'en ai payé le prix, et je n'ai plus aucune dette envers quiconque, excepté envers le Tao (Dieu, Saint-Nicolas, Mahomet, les Sept Nains, le Père Noël, ou tout ce en quoi la Multitude peut croire).

Concernant l'ego... Attention !

Il y a exécuter et exécuter...

Exécuter :

1. "Faire" ; mettre à effet, mener à accomplissement, donner suite à.
2. Mettre à mort.

Bien faire attention à cette ambiguïté.

Garder ma faiblesse et exécuter mon ego reviendrait, effectivement, à un déséquilibre ; car si l'ego est là, en l'Homme, c'est qu'il y a une raison. Il ne faut donc pas tomber dans le piège de croire qu'on peut "tuer" l'ego, car il nous représente, nous caractérise, fait de nous "ce que nous sommes". Il est bénéfique d'un point de vue pondéral pour notre propre Équilibre intérieur. Je préconise donc la solution suivante : garder (non pas "sa", mais CETTE faiblesse) et, au lieu de l'exécuter, neutraliser toute tentative négative de sa part. Je dis bien "neutraliser", pas refouler. Refouler les actions de l'ego équivaudrait à fuir sa propre ombre. Renvoyez un cheval... il reviendra au galop, et je vous assure qu'il sera deux fois plus nerveux.

Merci pour ce "koan", ce discours/phrase permettant une prise de conscience.

Olivier a écrit:
David a écrit:
Je n'ai pas la prétention de croire que je puisse arriver à devenir vertueux, et encore moins tenter vainement d'incarner (imiter) le Tao après avoir suivi cette voie de la (sa ?) vertu, moi, l'incompétent de service.

Prétends-tu au bonheur ?
Jolie tentative, Oli, mais ça ne marche pas et ne suis pas tombé dans le piège. On ne "prétend" pas au bonheur. Prétendre est arrogant (conséquence de l'orgueil/fierté engendrée par l'ego). Je refuse tout titre et toute reconnaissance, j'abhorre la fierté et l'honneur. Les titres ne sont que des mots, et les diplômes ne sont que du papier. (nécessaires pour qui le veut, certes, ces papiers, à l'heure actuelle...)

Pour répondre... je ne prétends à rien. Je cherche juste à être qui je suis, tel que je suis, avec mes qualités, mes défauts, ma lumière et mes Ombres, et, comme d'hab', ma balance Yin/Yang accrochée à mon baluchon voyageur. Le bonheur est subjectif ; il dépend donc de la perspective propre à chacun, c'est-à-dire l'angle de vue sous lequel il regarde la vie, mais surtout, comment la Vie LE regarde. Alors... le bonheur... il est en nous, et il est vain, futile même, de le rechercher chez autrui ou dans des expédients chimiques. Et, non, je ne désire pas trouver le bonheur car je ne désire rien. Je sais qu'un jour, quelque part, il se présentera à moi car je serai à mon écoute, et à l'écoute de la l'Esprit de la Vallée.

Olivier a écrit:
David a écrit:
Nous agonisons tous car le temps est un Vieux Maître inflexible, c'est une définition du vieillissement. Sache que si tu es agonisant, je compatis et pense à toi avec Amour ; mais je crois aussi que cette remarque est ta façon personnelle de tester mes réactions et mes réflexions. Je te teste aussi à ma manière, mais, étrangement, tu es le SEUL à ne pas tomber dans mes pièges, pourtant (en toute humilité) bien ficelés et aussi discrets que l'assassin. Beaucoup d'autres auraient déjà abandonné la discussion en me laissant là, avec mes certitudes, et mes incertitudes. Mais peut-on être certain d'une incertitude ? Ce n'est paradoxal que pour celui qui n'en saisit pas la loi naturelle inhérente. Pour moi, par exemple, c'est logique. Logiques comme tous ces pseudo-paradoxes dualistes taoïstes. Logiques et naturels, découlant d'une loi tellement évidente que beaucoup ne peuvent appréhender, car... je dois bien l'admettre... il y a l'ego.

Celui qui suit le Tao marche sur une route sans piège et "ne craint pas la corne du rhinocéros".

Amicalement,

Oliver
Je ne suis (être) et ne suis (suivre) pas le Tao, je me contente d'essayer (déjà, d'entrer) et de rester en connexion parfaitement équilibrée avec Lui. À moins que ton expression "suivre le Tao" n'en soit déjà une homonymie, auquel cas je te rejoins en ce point.

Pour ce qui est du second degré de cette sentence, du "précepte" qui en découle et de sa logique, je suis d'accord avec Laozi mais pas avec toi, Olivier. Époque différente. Nous ne vivons pas en pleine nature à l'écart des Hommes et de la société (dans mon cas du moins). Même un parfait taoïste (s'il eut été possible), disons un Maître (taoïste) pratiquant du Tao, même eux, ne peuvent éviter d'être transpercés par la dague dans leur dos, par quelque bandit, sot, ou même fou. Parfois même sans raison ni motivation propre.

Cette leçon peut se résumer à : "quand on ne se bat contre rien, rien ne se bat contre nous, donc rien ne peut nous atteindre." ; en pleine nature il y a 700 ans, OK. Mais dans la rue en 2011, non. Pour ce qui est des pièges, il ne faut pas être naïf au point de croire que le Tao guide nos pas au-delà de ceux-ci ; il suffit d'être à l'écoute, et en perpétuel éveil en ayant conscience de son environnement (sagesse ninja).

betov a écrit:
A chacun sa façon de voir la chose, Olivier, mais il me semble assez clair que les deux logiques sont, d'une part, la logique causale (ceci est la cause et cela est l'effet de cette cause)... et d'autre part, la logique symbolique (ceci est semblable à cela).

Les deux logiques ne sont pas incompatibles en surface. Au fond du fond, l'incompatibilité se manifeste avec l'achèvement du symbolique en... synchronicité,... phénomène qui défie radicalement la logique causale et qui conduit à vivre avec un pied dans chaque monde en acceptant de vivre dans une contradiction suspendue. Ne pas chercher à expliciter le symbolique ni le synchronique par le causal est la seule solution-non-solution. Souvent, la logique symbolique n'est rien de plus qu'une logique causale non perçue mais il ne semble pas concevable que ce soit toujours le cas.
Olivier a écrit:
David a écrit:
Donc, maintenant, le Tao est logique ?

Comment peux-tu prétendre cela face à un phénomène qui nous dépasse, nous surpasse TOUS, autant que nous sommes en ce Monde ? Il est au-delà de toute compréhension humaine.

Et tu enchaînes sur : "la voie de l'Ego est celle de la vie" ; ne semble-t-il pas y avoir contradiction ?
Un jour j'ai lu d'un Gnostique à tendance alchimiste que dans la vie, il n'y avait que deux chemins possible : "la logique" et "l'absolu".
La logique permet des d'imaginer des choses qui n'existent pas encore et qui n'existeront peut être pas. L'absolu nous fait miroiter des choses surnaturelles, comme les anges ou les démons.
La vérité est au croisement des chemins de la logique et de l'absolu.

Alors,

oui, le Tao est logique, oui le Tao est absolu.

C'est d'ailleurs ce qui me pousse à te répondre (cela m'enseigne énormément) et c'est ce qui me pousse à faire mon Blog. En effet, si Lao Tseu insiste sur le Mystère, tout comme Lu Yi, Lao Tseu dit aussi que son raisonnement est simple et que tout le monde peut le comprendre. Je perçoit qu'il est temps d'insister plus sur la logique que sur le mystère.

En effet, l'Ego habite notre mental, c'est lui qui nous procure les désirs et donc l'envie de vivre. J'adore les jeunes, et dans ma façon d'être, je m’aperçoit que je sème en eux des graines de sagesse (je me plait à le croire en tous cas), mais je me garde bien de trop insister sur la nécessité de modérer les désirs ! Car cela reviendrai à brimer leur élan vital. Après avoir vécu sur un mode Egotique, il est bon d'envisager le retour vers le Tao. Voilà pourquoi je dis : la voie de la vie est celle de l'Ego (c'est celle de l'aller, certains la suive jusqu'à leur mort).

Amicalement,

Oliver
L'Absolu au sens symbolique, mystérieux, donc.

Logique mystérieuse ou mystérieuse logique ? Je penche pour la quinzième option.

Là je comprends mieux ton raisonnement via ton développement : "la voie de la vie est celle de l'ego", car elle permet de faire demi-tour en revenant à la Source, le Tao. C'est encore un dualisme, dans un certain sens : on part de l'ombre pour mieux atteindre la lumière. Est-ce bien cela que tu voulais démontrer ? C'est une logique très logique, si j'ose dire (humour).

Cet équilibre absolu/logique auquel il faut trouver un milieu est simple mais complexe dans sa mise en pratique par la non-action, ce qui me rappelle le paradoxe suivant :

[...]

Lorsqu'on dit "Tous les corbeaux sont noirs", cette phrase est logiquement équivalente à "Tous les objets non-noirs sont des non-corbeaux", conformément à la loi de contraposition : p → q est équivalent à non-q → non-p.

Soit l'affirmation "Tous les corbeaux sont noirs" ou, ce qui revient au même, "Si un être est un corbeau, alors cet être est noir". Conformément à la loi de contraposition, la proposition "Si un être est un corbeau, alors cet être est noir" est logiquement équivalente à "Si ce n'est pas noir alors ce n'est pas un corbeau". Ainsi, chaque fois qu'on voit un objet non-noir qui n'est pas un corbeau (une cheval blanc par exemple) cela confirme la proposition initiale : "Tous les corbeaux sont noirs". Cette conclusion est absurde. Ce que cherche à démontrer cette logique par l'absurde, c'est que le fait qu'il existe un être blanc ne confirme en rien que tous les corbeaux sont noirs. C'est seulement incompatible avec le fait que cet être soit un corbeau. Le verbe "confirmer" n'a d'ailleurs pas de sens en logique.

Syntaxe logique Langue naturelle
Proposition initiale Si p alors q ou p → q "Si un être est un corbeau alors cet être est noir"
Contraposée Si non-q alors non-p ou ¬q → ¬p "Si un être n'est pas noir alors ce n'est pas un corbeau"
Signification On n'a pas non-q vrai et non-p faux "On n'a pas d'êtres non-noirs qui soient des corbeaux"
Conclusion On n'a pas q faux et p vrai "Le cheval blanc n'est pas noir et n'est pas un corbeau"
On voit sur cette table de vérité que de la proposition initiale on ne peut déduire que ceci : "Le cheval blanc n'est pas noir et n'est pas un corbeau". Autrement dit "si p alors q" (c'est à dire que p implique nécessairement q, ou que le fait d'être un corbeau implique nécessairement d'être noir) signifie "On n'a pas q faux et p vrai" (on ne peut pas avoir p vrai et q faux, des corbeaux qui ne soient pas noirs), et ne signifie rien d'autre que ça. Il est donc absurde de dire que le fait de voir un cheval blanc confirme l'affirmation selon laquelle tous les corbeaux sont noirs.

Ce qui induit en erreur, c'est qu'on fait dire à l'expression "Si un être est un corbeau alors cet être est noir" plus qu'elle ne dit en réalité. Elle signifie : "Il n'y pas d'êtres qui soient des corbeaux et qui soient non-noirs", rien d'autre.

Olivier a écrit:
Si je te suis, tu es un vrai Lao Tseu !
C'est ma façon d'être. Naturelle, non-forcée. Je "suis" comme ça. Être. Ce n'est pas un rôle, je ne me la joue pas. Peut-être que cette "façon d'être" ressemble à celle de Laozi, mais je ne suis ni une demi-divinité, ni un mythe, ni une légende et encore moins un jeune vieux barbu vieux jeune. Je respecte Laozi et son œuvre, profondément, mais je suis encore très loin de son état de grâce "naturel", de sa sagesse, sa sagacité et tout ce qui en découle naturellement.

Olivier a écrit:
Mais peut-être n'as tu pas encore rejoint ta nature profonde...
Tu semble en avoir peur.
Tu ne dois pas avoir peur de ta nature.
Ta nature est David. Il n'y a pas un autre être dans l'histoire de la Terre qui puisse prétendre avoir ta nature. La nature t'a engendré, elle te fait confiance. Il suffit de ne pas la décevoir. Même si tu dis avoir de bas instincts, apprends à les écouter, à les suivre. Tu pourras alors discerner qui veut quoi et qui autorise quoi.
Comme je le disais, je suis doué mais incompétent. Je n'arrive pas à conceptualiser ce qu'est, selon toi, sa "nature profonde". J'ai besoin de mettre des mots, des images, des concepts, j'ai besoin d'intellectualiser la chose pour la comprendre. Je suis incompétent en matière de nature profonde, pourrait-on arguer... Notre nature profonde serait-elle l'état intérieur dans lequel nous nous trouvons lorsque nous lâchons prise ? En domptant mes bas instincts, d'autres se sont créés d'eux-mêmes (rééquilibre biologique naturel), mais ils sont vraiment très bizarres et, étrangement, en paralysant mes pulsions sexuelles à tout jamais, j'ai développé (sans ma propre volonté, on pourrait dire que c'est mon corps/esprit qui l'a engendré), donc, s'est développé un autre instinct, et je dis bien instinct : pour équilibrer la non-sexualité vis-à-vis de mon corps, voilà que j'en viens à ressentir des pulsions non-sexuelles, c'est-à-dire le besoin physique d'aller vers une femme, et la contempler. Simplement. Juste la regarder, l'étudier tout en non-pensant. Ses gestes, ses manières, son regard, et même, à travers les yeux, appréhender son âme. Et je le répète : c'est une PULSION NON-SEXUELLE, c'est-à-dire que mon corps ne pense même pas à la toucher ni quoi que ce soit.

Un tel instinct peut-il réellement exister ? Et si oui, fait-il alors partie intégrante de "ma nature profonde", que je ne crains pas, contrairement à ce que tu sembles penser ? J'ignore dans quelle perspective tu visualises la chose, mais personnellement je ne la conceptualise pas, je n'y arrive pas, donc j'ignore totalement ce qui s'y cache et donc, ce que je trouverai à l'intérieur...

betov a écrit:
L'homme réel a deux jambes. Pour David, j'ai bien peur qu'il ne lui en reste qu'une demie.
Suis-je donc irréel ? Astucieux, mais pas suffisamment.

Sans entrer dans des considérations matérialistes et tout ce qui en est l'annexe, je te répondrai qu'une demi-jambe me sera alors très utile et bien plus précieuse que deux jambes ; car si je me mets dans la position que la nature m'aura imposée, je changerai de perspective sans que le Monde ne change. N'est-ce pas merveilleux ? Vu sous cet angle, alors, j'en conclus logiquement que je serai un miraculé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 54
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 9:58

betov a écrit:
Citation :
Un jour j'ai lu d'un Gnostique à tendance alchimiste que dans la vie, il n'y avait que deux chemins possible : "la logique" et "l'absolu".
La logique permet des d'imaginer des choses qui n'existent pas encore et qui n'existeront peut être pas. L'absolu nous fait miroiter des choses surnaturelles, comme les anges ou les démons.
La vérité est au croisement des chemins de la logique et de l'absolu.

A chacun sa façon de voir la chose, Olivier, mais il me semble assez clair que les deux logiques sont, d'une part, la logique causale (ceci est la cause et cela est l'effet de cette cause)... et d'autre part, la logique symbolique (ceci est semblable à cela).

Les deux logiques ne sont pas incompatibles en surface. Au fond du fond, l'incompatibilité se manifeste avec l'achèvement du symbolique en... synchronicité,... phénomène qui défie radicalement la logique causale et qui conduit à vivre avec un pied dans chaque monde en acceptant de vivre dans une contradiction suspendue. Ne pas chercher à expliciter le symbolique ni le synchronique par le causal est la seule solution-non-solution. Souvent, la logique symbolique n'est rien de plus qu'une logique causale non perçue mais il ne semble pas concevable que ce soit toujours le cas.

L'homme réel a deux jambes. Pour David, j'ai bien peur qu'il ne lui en reste qu'une demie.

Bonjour Betov,

Ravi de te lire.
Effectivement la Logique causale côtoie la logique symbolique ou analogique.
Pour moi, la logique symbolique existe parce qu'elle montre en une seule image le principe à l'oeuvre. « Je vous le dis, il est plus aisé pour un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille, que pour un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. » (Évangile selon saint Matthieu, XIX, 24) Ainsi est expliqué par le principe ce qui se réfère à Dieu. Mais attention, il s'agit d'un chemin difficile à suivre par la logique rationnelle, et dans lequel on risque de s'égarer. Si Jésus parlait en parabole, c'était justement pour faire ressentir le principe. Et il y est parvenu d'une belle manière. Malheureusement, il n'a pas explicité le principe de façon concise, ce qu'à fait Lao Tseu.
Que logique symbolique, et logique causale se perdent l'une l'autre, rien de surprenant. Il faut les confronter à l'absolu pour que l'ensemble se fonde dans la vérité.

Amicalement,

Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 54
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 10:13

David a écrit:
Cher David,

Tu le suggère toi-même, le lâcher prise à tous les niveaux est le meilleur moyen de résoudre ses problèmes.
Je n'ai plus besoin de t'en expliquer le fonctionnement.

Amicalement,

Oliver

_________________
Faire vivre l'Univers qui est en soi. Tao, le blog du vide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
betov



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 10:14

"Suis-je donc irréel ?

Tout dépend d'où l'on regarde, David. De mon point de vue, tu es manifestement un pervers sexuel et je trouve que tu explicites très bien ta problématique. De ton point de vue, je suppose que tu te penses assez proche d'une certaine sainteté...

Je ne sais plus dans quel classique indien (très classique, très ancien)... j'ai lu cette histoire d'un prince dont le devoir est d'aller combattre (son cousin, si j'ai bonne mémoire). Lui, n'aurait aucune envie d'aller tuer son cousin. Pourtant, il y va et le tue. Il a simplement joué le jeu. Il est entré dans la danse. C'est un fable parfaitement nietzschéene. Une danse au-dessus du vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betov.free.fr/wordpress/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 10:28

betov a écrit:
"Suis-je donc irréel ?

Tout dépend d'où l'on regarde, David. De mon point de vue, tu es manifestement un pervers sexuel et je trouve que tu explicites très bien ta problématique. De ton point de vue, je suppose que tu te penses assez proche d'une certaine sainteté...

Je ne sais plus dans quel classique indien (très classique, très ancien)... j'ai lu cette histoire d'un prince dont le devoir est d'aller combattre (son cousin, si j'ai bonne mémoire). Lui, n'aurait aucune envie d'aller tuer son cousin. Pourtant, il y va et le tue. Il a simplement joué le jeu. Il est entré dans la danse. C'est un fable parfaitement nietzschéene. Une danse au-dessus du vide.
C'était une question rhétorique, mais j'apprécie ton développement, Betov.

"Pervers sexuel" a une connotation trop négative. En se positionnant ailleurs, vu sous un autre angle donc, ne pourrait-on pas dire que je suis un pervers non-sexuel ? ;)

En ne pensant jamais au sexe, et même en le voyant (médias, etc), en ne ressentant rien, peut-on même parler de "perversion" ? J'avoue que dans mes pratiques, je vise toujours l'extrême, mais quand il n'y a rien... il n'y a rien.

Tu cites Nieztsche. Ce grand penseur croyait profondément que les hommes devaient avoir un sentiment de possession envers les femmes. N'est-ce pas non plus une forme de perversion ? Cette question ne nécessite aucune réponse.

Quant au sujet de savoir si, oui ou non, je me sente proche d'une certaine sainteté... non. J'ai pris conscience de mon erreur par après. Neutraliser mon instinct naturel vis-à-vis de la sexualité m'a apporté plus de tort et de déconvenues qu'autre chose. Par contraste, cet état m'a permis d'accéder à des prises de conscience salvatrices, comme là, tout de suite. Je me suis éloigné du "milieu" entre l'ombre et la lumière (l'état naturel, l'instinct sexuel) pour me diriger vers l'obscurité. Multiples prises de conscience et accès à des choses tout à fait incroyables. Triste constat : je suis plus accablé qu'apaisé, et il me faut à présent revenir vers la lumière, même si elle me fait mal ; et enfin, me positionner "au juste milieu" et favoriser le retour à l'équilibre naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
betov



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 10:58

""Pervers sexuel" a une connotation trop négative"

Nous sommes tous peu ou prou des pervers sexuels. Le simple fait d'être un être humain dans une société, c'est-à-dire un homme non-sauvage, fait de nous tous, par définition, des pervers sexuels au même titre que tout animal sous contrainte est nécessairement perverti.

De nos jours, on trouve aussi bien des sado-masos que des angéliques. A choisir entre les deux, je préfèrerais encore les sado-masos. Au moins eux prennent leurs pieds. Ah! les délices d'une fessée... Au Japon, aux USA, etc. cette tendance au "no-sex" n'a rien de mystique me semble-t-il. Au contraire, tout ça me semble relever de l'incapacité à être. Je ne veux pas réduire ta démarche à ces zozos-bizounours, mais tu conviendras que le résultat final est identique, vu de l'extérieur.

On peut faire plus simple et plus rapide en se tranchant la carotide avec un cutter. D'un coup d'un seul, par cette méthode peu douloureuse, on peut être certain d'accéder au grand tout et au vide-plein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betov.free.fr/wordpress/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 12:04

betov a écrit:
""Pervers sexuel" a une connotation trop négative"

Nous sommes tous peu ou prou des pervers sexuels. Le simple fait d'être un être humain dans une société, c'est-à-dire un homme non-sauvage, fait de nous tous, par définition, des pervers sexuels au même titre que tout animal sous contrainte est nécessairement perverti.

De nos jours, on trouve aussi bien des sado-masos que des angéliques. A choisir entre les deux, je préfèrerais encore les sado-masos. Au moins eux prennent leurs pieds. Ah! les délices d'une fessée... Au Japon, aux USA, etc. cette tendance au "no-sex" n'a rien de mystique me semble-t-il. Au contraire, tout ça me semble relever de l'incapacité à être. Je ne veux pas réduire ta démarche à ces zozos-bizounours, mais tu conviendras que le résultat final est identique, vu de l'extérieur.

On peut faire plus simple et plus rapide en se tranchant la carotide avec un cutter. D'un coup d'un seul, par cette méthode peu douloureuse, on peut être certain d'accéder au grand tout et au vide-plein.
Comme tu pourras le constater, cher Betov, je suis un ignorant en la matière. Je n'étais même pas au courant de cette tendance "no-sex", sur laquelle je vais effectuer une recherche "approfondie"... si j'ose dire. Non, là je joue le Mal, et je ne suis pas là pour critiquer, mais il faut avouer qu'aujourd'hui, quasiment tous les arts, disciplines et cultures (au sens large) confondus sont industrialisés et rendus "fades", vides de l'essence qui en faisait quelque chose de mystique et permettait un réel développement intérieur, comme extérieur.

J'ai toujours pratiqué le Ninjutsu et toutes ses disciplines descendantes, ses corolaires, etc. Je ne connais que ça, je n'ai pas eu l'occasion d'aller à l'école "normale". Le développement culturel et spirituel est extrême, même au tout début, car j'ai toujours appris et pratiqué avec un ancien Maître, en tant qu'élève unique. Par exemple, simplement, pour te situer un peu, le plus basique du basique : le Gogyo (travail des 5 éléments : Terre, Eau, Feu, Vent, Vide) permet, à travers certaines choses matérielles, l'acquisition de préceptes moraux et spirituels. Les ascèses, les jeûnes et le travail corporel effectué est extrême (où je te rejoins, c'est "presque" masochiste), et même là, encore, cela rejoint le domaine du spirituel, car tout est basé sur la Nature. Par exemple les bases du Ninjutsu :

Le "Ten Ryaku no Maki" : Les Principes Du Ciel

- Bujin-shoku to Seikatsu : régime et style de vie du pratiquant ;
- Junan Taiso to Kokyuho : entraînement de la souplesse et de la respiration.
- Ryutai Undo : exercices corporels du Dragon (extrêmes pour les débutants)
- Kokyuho "seul" : techniques respiratoires (Chi Gong)
- Shinkokyo Sanaden : trois techniques secrètes de respiration profonde
- Shiho Tenchi Tobi : sauts "dans quatre directions", vers le Ciel et vers la Terre
- Zenpo Ukemi to Ryusui : "couler comme de l'eau"
- Shoten no Jutsu : techniques pour "monter aux cieux"
- Uke Nagashi : "dissipation du pouvoir"
- Kyusho to Kiai : points vitaux et contrôle mental de son adversaire

Il existe encore deux autres sous-disciplines contenant encore d'autres techniques sous-jacentes, comme le "Chi Ryaku no Maki" : Les Principes de La Terre (la discipline suivante étant "les principes de l'Homme"). Le plus difficile à maîtriser est pourtant maîtrisable : le pratiquant étudie les arts martiaux (Ninjutsu ici), mais à aucun moment il ne doit laisser voir son habileté. Il peut tuer d'un seul geste, mais il reste "visuellement non-dangereux", il ne représente aucune menace ; j'ai pourtant l'air inoffensif, je suis extrêmement mince, et pas vraiment grand par rapport aux hyperboréens. Pourtant...

Cela s'appelle le "Tsune no Kata", le "kata du Normal". Ne jamais en parler (bon, ici, c'est différent puisque c'est virtuel). Conserver le silence, apprendre à se taire même quand on sait qu'on a raison et qu'on est dans son droit.

Comme tu peux le constater, même tuer, l'Art de Tuer peut rejoindre en énormément de points la philosophie taoïste, pourtant pacifiste.


Dernière édition par David le Sam 28 Mai - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 13:25

J'oubliais :

Un ninja "combat" rarement. Il n'en a pas besoin : sa force réside dans sa capacité d'adaptation, un instinct naturel, qui nous rapproche du tigre, à quelques gouttes d'eau près. Il est l'animal qui ressemble le plus à l'Homme vis-à-vis des instincts. Il saura s'adapter, reculer si nécessaire, et appliquer "son intelligence" instinctive, une sorte d'intuition animale ; je ne trouve pas le mot vraiment adéquat, mais je sais que vous voyez de quoi je parle.

Dans le Ninjutsu, c'est pareil : on s'adapte et on ne combat que par nécessité. On n'en a pas réellement besoin, puisque tout l'Art réside dans le camouflage, la furtivité, le mensonge, la rhétorique, le déguisement, la trahison, l'Art de Bien Parler, la manipulation, la désinformation, l'intoxication, l'empoisonnement, l'effet de surprise, les points vitaux, la connaissance anatomique du corps humain afin de mieux lui nuire (mais aussi, par contraste, de le soigner via des kyushos inversés et des zones d'acupressure), la connaissance approfondie de la physique mécanique (environnementale et corporelle) afin de comprendre comment fonctionne et réagit le corps humain, déboîter une épaule et savoir la remettre en place, pouvoir arrêter le coeur de l'adversaire mais aussi être capable de le réanimer (sauf dans le cas d'un coup létal, instantanément mortel), le Ninpo (spiritualité et "magie"), créer des illusions, marcher/courir sur l'eau, arrêter le vent, ne faire qu'un avec le feu, être plus dur que la pierre et, enfin, être capable d'imiter du bois (stoïcisme et inertie, patience et passivité ; et compréhension du phénomène qu'à travers l'inertie, comme l'arbre, il reste immobile mais "grandit", c'est-à-dire la méditation sans objet, qui aiguise notre esprit). Être capable de (et savoir comment) survivre en solitaire, en pleine nature, en milieu souvent volontairement hostile. Apprendre à jeûner pendant 30 jours, un mois entier sans ressentir ni faim ni soif (masochisme et mise en danger de sa propre survie) mais on en sort plus fort ; la discrétion, la cuisine, la calligraphie, la peinture, la musique, la philosophie et la culture générale (pour mieux manipuler ses éventuelles cibles), conserver son Chi en puisant l'énergie dans le sol, l'art de "saisir le vide", l'art de "ne pas saisir le vide", etc...

Je puis vous confirmer ce vieux dicton : ce qui ne nous tue pas nous rend réellement plus forts.

Malgré cette présentation "assassine" et triste (et surtout, non-exhaustive, car il y a pléthore à citer si l'on veut parler complètement de cet Art), le Ninjutsu apprend aussi la compassion pour les faibles, le don de soi. Il nous apprend que combattre peut aussi forger de grandes amitiés. Il nous enseigne qu'il n'est pas utile de se battre pour combattre, ni combattre pour remporter la victoire. Un Maître Ninja est capable de gagner un combat sans même toucher l'adversaire. Personnellement, je ne parviens pas encore à maîtriser les Kiai pour le contrôle mental adverse. On peut même, à travers des années de pratique, apprendre l'Art des Yeux Vides qui, pour des non-pratiquants, n'est rien. N'existe pas. Pour un adversaire pratiquant et surtout avisé, bien entraîné depuis des années, l'art des yeux vides lui fait instantanément comprendre qu'il doit abandonner avant le combat. Car entre ninjas, il n'y a pas de "rencontres sportives", il n'y a aucune compétition, pas de "matchs", pas de tournois ; cet art est axé sur la survie, donc sur l'assassinat direct et des points-clé qui peuvent paralyser l'adversaire pour le restant de sa vie. On ne retient pas nos coups, même si il faut casser et renverser un genou, briser la nuque, ou kyusho pour provoquer un arrêt cardiaque. Cette discipline n'a qu'un seul but : provoquer des conditions favorables à un assassinat pour une mort anatomiquement programmée.

L'instinct de survie est surdéveloppé, à tel point qu'on en vient à se méfier de tout et n'importe quoi, c'est pourquoi nous sommes en perpétuel Éveil, à l'affût, à l'écoute de l'environnement immédiat comme lointain.

L'instinct de mort devient un instinct de vie.

La gestuelle, les postures nous apprennent à développer des mouvements naturels, qui deviennent par la suite des "réflexes", puis des "gestes inconscients" (non-conditionnés par notre apprentissage antérieur) et nous enseignent à garder notre équilibre en toute circonstance (un point appelé "centre" qui NE DOIT PAS bouger). Ces mouvements sont souples, sans aucune tension musculaire, mais mortels. Ils suivent la Nature. Un exercice, d'ailleurs, consiste à imiter les plantes quand il y a du vent. Imiter l'eau pour fluidifier sa gestuelle, et imiter la pierre pour les katas (postures). Volontairement ralentir ses mouvements pour gagner du temps ("paradoxe" du shinobi). Le ninja n'est pas le plus fort des combattants/guerriers. Ni le plus fort, ni le plus rapide, mais le plus redoutable... car on ne le voit jamais arriver, et même quand on le regarde, on ne le voit pas frapper. Les techniques d'Atemi (frapper le corps) sont relativement connues, tandis que les techniques d'Aketi (frapper l'esprit), personne n'en parle. L'usage des armes strictement shinobikai est même volontairement occulté de certains textes historiques. Les gens ne connaissent plus les ninjas qu'à travers ces films complètement nazes qui ont débuté au milieu des années soixante. Le fameux "ninja-boom" américain. Les gens voient ça comme un type en noir avec un shuriken (étoile à 3 - 4 pointes) dans la main et ne sait même pas à quoi ça sert réellement.

Instinct, nature, équilibre... le tout se confond en une seule discipline martiale : le ninjutsu. C'est la plus complète. Pour ce qui est d'une philosophie "complète", j'ai trouvé le Tao(ïsme).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
betov



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 14:23

Ma vieille tête n'a jamais été très performante. On m'excusera d'avoir compris la situation si tardivement, vu que ce n'est pas à la veille du tombeau que je vais devenir génial. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betov.free.fr/wordpress/
David

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/05/2011

MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   Sam 28 Mai - 14:25

betov a écrit:
Ma vieille tête n'a jamais été très performante. On m'excusera d'avoir compris la situation si tardivement, vu que ce n'est pas à la veille du tombeau que je vais devenir génial. :roll:
Il n'y a pas de situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dominer ses instincts   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dominer ses instincts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tao Te King :: Forum libre 道德經-
Sauter vers: