Tao Te King

Le Classique de la Voie et de la Vertu
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les roues de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Les roues de la vie   Dim 11 Jan - 22:07

Bonsoir chers amis,

Les choses évoluent, et le temps passe. C'est l'évolution des choses qui crée le temps.



Or ce mouvement du monde est du à l'aspect énergétique de l'existance, qui est elle même du même ordre que son aspect spirituel. Mais l'Univers ne peut "fonctionner" (principe du Tao) que s'il conserve l'équilbre primordial. Ainsi, les choses ne peuvent évoluer qu'en modifiant tout le reste. Cela peut peut-être paraître curieux, mais la moindre action d'un microbe contre l'un de nos globules blancs, aura des répecutions non seulement sur le globule et le microbe lui-même, mais aussi sur notre organisme, et par suite sur notre entourage, ce phénomène s'étandant au quartier, à la ville pour généralement se diluer au fur et à mesure que l'on s'écarte de la cause initiale. Cette dilution ayant deux causes, d'une part, la quantité de vide (qui assure l'équilibre - fond de la valée) croisée est de plus en plus importante. D'autre part les actions antagonistes de toutes les forces avoisinantes (autres microbes, vent, agitations mécanique et thermique....) s'équilibrent d'elle même. Le vide doit composer avec tous ces mouvements et "SAIT" les causes des évolutions relatives. Le Taoïste détaché le plus possible de tous ces mouvements perçoit cette CONNAISSANCE, qui est une vraie con-naissance puisque la conscience de son âme meurt pour renaître vierge à chaque instant...
Mais ces mouvements énergétiques qui s'interpénètrent ne le font pas toujours dans le respect des règles de l'harmonie.



Bien souvent le cahos l'emporte, et tous les degrés entre cahos et harmonie existent dans la nature. Je dirais que si le vide peut faire son travail de manière fluide, tout se passe bien, et sa nature indiférenciée transparait dans l'harmonie des mouvements, des proportions et des couleurs. Si au contraire, les chocs énergétiques et matériels sont trop intenses, le vide ne parvenant qu'a assurer la cohésion de l'instant pour préserver l'existence du Tout, seule "l'ésthétique" cahotique du choc ressort. Celle-ci est à l'opposé de la nature neuve, paisible et puissamment équilibrée de l'Indiférencié. Cette part d'écoulement énegétique disharmonieux est à l'origine de ce que l'on connaît en physique sous le nom de croissance de l'entropie. C'est un transfert énergétique qui ne peut plus s'effectuer en sens inverse, le chemin de retour est rompu. C'est cette "incapacité" du vide à faire marche arrière dans certains cas, qui crée l'écoulement innexorable du temps.
Mais au fur et à mesure que ces transferts énergétiques plus ou moins heureux s'opèrent, l'énergie et la matière se conservent. Aussi RIEN NE MEURT, seules les formes changent. Et, patiemment, l'Esprit de l'Univers insufle sa nature équilibrée, mais aussi infiniment puissante. Le contrôle d'une partie de cette puissance lui échappe de la manière dont on vient de parler (l'Univers a une part de maladresse). Mais ce n'est pas tout... Une autre partie échappe totalement au rééquilibrage du vide. Car parfois, l'énergie décrit une trajectoire fermée, très souvent circulaire.



Et si après avoir fait un tour, un équilibre entre l'extérieur et l'intérieur du crcuit s'instaure, alors de l'énergie est piégée, c'est par exemple une particule, un atome où une molécule, mais c'est aussi un homme ou une femme... En tout cas, un homme ou une femme qui vit selon son Ego. Un individu qui revandique son autonomie dans la jungle de l'Univers est une partie de l'énergie Universelle qui échappe totalement au contrôle du Tout. C'est donc pour lui comme une espèce de poil à gratter ! Toutes les actions et les pensées (énergie en contact avec l'indifférencié du vide) de l'Ego vont à l'encontre de l'Univers et, contraires au Tao, produisent des disharmonies pour l'individu (maladies) et pour l'environnement (pollution).
L'individu qui au contraire prend conscience que ses actes et ses pensées doivent être en parfaite harmonie avec le Tout, suit de plus en plus près le Tao, jusqu'à se fondre dans l'Univers, n'étant plus dissocié de lui, juste un de ses fruits, il surfe sur l'énergie Universelle, conscient que le mieux qu'il puisse faire est de Non Agir, dénué de désir, dénué d'Ego. Mais, comme l'individu possède une forme (contrairement au Tao), il doit se transformer, il doit changer de forme dans ce que l'on appelle la Mort, car lui aussi est en prise avec la croissance de l'entropie.


Joili symbole du 8...


Mais comme la conscience pure de l'Indiférencié est éternelle, et que matière et énergie se conserve, bien qu'elle se transforme, pourquoi avoir peur de cette mort ? Mais la vie, comme tout le reste étant précieuse, le surfer du Tao s'assure une longue vie que lui offre sa quête de l'harmonie. En outre, il sait que pour faire durer les formes harmonieuses l'Univers doit sacrifier une partie de son énergie dans les cycles de l'existances (cf message pour Doris). Et ces cycles ont la particularité de renaître, ce sont les roues de la vie. Ainsi, sa descendance n'est-elle pas déjà assurée par ses enfants ? Les enfants sont les individus qui nous ressemblent le plus. Et pourtant au combien sont-ils différents de nous ? Alors nous voudrions être réincarné dans une plante ? Non, mieux, un annimal ? Non, mieux un homme ? Pas n'importe quel homme : "nous-même"... Mais cela est impossible ! Regardez, nous ne pouvons même pas être réincarné dans nos enfants ! Comment pourrions nous être réincarné en quoique ce soit ? SAUF QUE, nous sommes déjà incarné dans nos enfants, si nous plaçons notre conscience sur l'Absolu. Elle est là la seule vraie réincarnation. C'est une incarnation totale (excusez du peu !), ainsi, si je parviens à ce rêve, je suis déjà en vous mes amis, je suis en toi (comme toi tu es en moi) Doris, je suis aussi en toi Blanche, et j'ai également cette même conscience que Lu Yi. Ainsi, l'homme ou la femme qui rejoint les profondeurs du Tao mettent en pratique de leur vivant la "réincarnation".
J'ai bien peur, que pour expliquer le phénomène, des Boddhisatvas se soient mal fait comprendre et qu'ils aient laissé échaper une croyance un peu érroné. Car la réincarnation, c'est bien plus que la promesse d'une nouvelle vie. C'est la promesse de la vie tout court, remettant la mort à la même place que la naissance.




La roue tourne, mais ne s'arrête pas...

Pédalez en souplesse, flower

Oliver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
Blanche2

avatar

Nombre de messages : 115
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Les roues de la vie   Mar 13 Jan - 19:05

Whaou... Et bien c'est drôlement sympa ce que tu as écris là...

Heu bonjour quand même : :prière: : hi hi

Je suis d'accord avec toi sur toute la ligne sauf évidemment le phénomène de la 'réincarnation' qui pour moi est une réalité. Je ne sais pas s'il s'agit d'une forme ou bien d'une autre "dans laquelle" on pourrait se réincarner, je sais par contre et avec certitude que tous nous sommes immortels (cf. témoignage de l'illumination) et que tout comme toi, comme nous tous et comme chacun, j'ai été, je suis, je serai.

C'est comme s'il n'y avait pas de rupture appelée la mort par exemple. Et comme s'il n'y avait pas de début, et pas de fin, pas de commencement, pas de terminé. Alors, j'ai associé cette certitude (cf. l'illumination encore Very Happy ) au phénomène de la réincarnation.

Nous ne pouvons pas nous réincarner dans nos enfants. Ils sont eux-mêmes, déjà par définition et à la base, une individualité dans ce grand-tout dont tu parles Oliver. Par contre selon une vision différente, ou plus large sans doute, tu m'amènes à songer que nous pourrions nous 'réincarner' ici et maintenant en effet dans tout ce qui est : dans les événements par exemple car comme tu l'exprimes si justement, ce que nous faisons, et ce que nous pensons , se répercute au-delà de nous-même, bien au-delà et donc, nous projetons notre trace disons 'énergétique' jusque ces au-delà de nous-même, même si ça ne se voit pas.

Je crois même quelque part que les tempêtes et catastrophes naturelles seraient peut-être dues à nos pensées, la pensée collective pourquoi pas.
Ne faisons-nous pas et ne vivons-nous pas ce que nous pensons ?

Nous sommes des créateurs qui s'ignorent : bravo :

Blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 800
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Les roues de la vie   Mar 13 Jan - 21:12

Bonsoir Blanche,

Pour tout t'avouer, parfois mon Ego (si si, jen ai un) me joue des tours : à vrai dire, je suis bien incapable de dire si la réincarnation existe sous la forme que nous eseignent les boudhistes ou non... Elle a eut-être une raison d'être.



Mais j'ai eu la chance d'être visité par Bouddha, et l'esnseignement qu'il m'a apporté va bien au delà de ces histoires de réincarnations (remarques que le bouddhisme parle, si j'ai bien compris de quitter le Samsara pour rejoindre le Dharma). Or c'est bien cela le fondamental : le niveau zéro : le Dharma, la page blanche et vierge qui servait de décors à mon Bouddha bleu.



C'est aussi le noir du vide dans le monde matériel. Et Bouddha m'a dit qu'en chaque instant on pouvait revenir à cet absolu vierge. Pourquoi ? Parce que cet absolu est la confluence qui crée le présent. Et que nous ne pouvons faire autrement qu'être avec lui. Seul notre Ego nous place ailleurs, avant ou après. Mais si nous savons être 100% présents, alors nous nous fondons dans l'absolu. Non seuement nous sommes immortels, mais nous sommes indestructibles. Peut-être allons nous nous fondre ensuite dans un chat, une araignée, ou le fils du fils de Sarkozy.



Peut importe, car l'Absolu reste l'asolu. Il faut bien voir qu'étant indifférencié, il n'y a pas de dfférence (aucune) entre celui qui t'habite, et celui qui m'habite. Cette conscience unique est le centre de l'Univers. Chacun peut tenter de l'atteindre. Seules les tentatives ratées différencient l'univers créant l'espace, l'énergie, la matière et le temps. Mon absolu c'est ton absolu, c'est notre absolu, c'est aussi celui du rayon cosmique qui vient de te traveser. Aussi, bien évidemment, je suis 100% d'accord avec toi sur le fait que nous sommes, que nous avons été et que nous serons. Mais c'est aussi le cas du Tout. Et moi je l'aime sans restriction ce Tout, aussi, je lui laisse libre choix pour me transformer en ce qu'il voudra, de la serviette de table au petit cailloux en passant par le petit fils à Sarkozy... Avons nous une raison de nous soucier de cette affaire de réincarnation ?

Bisous, flower

Oliver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taovide.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les roues de la vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les roues de la vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tao Te King :: Forum libre 道德經-
Sauter vers: